Orpale


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre du troisième type : premier contact! ^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Ven 7 Sep - 2:08

Il fait sombre, très sombre. Le néant, le vide... voilà à quoi pouvait faire penser les modestes appartements d'Eri MaqVren. Il n'y avait aucune décoration, presqu'aucun objet personnel mis à part deux photos encadrées de manière traditionnelle, posées sur un chevet métallique près de son lit. Il y avait là un couple souriant, ses parents, puis une autre avec la même femme et une fillette aux yeux rouges, esquissant elle aussi un sourire, sourire qui n'est plus apparu depuis ce jour là.
Mais la nuit avait été agitée, épuisante. La jeune femme n'avait pas réussi à trouver le sommeil, insommiaque. Elle attendait.

Son lit n'avait même pas été défait, Eri était recroquevillée comme un nouveau né dans le ventre de sa mère sur sa couverture tremblante et en sous-vêtement. Elle transpirait et son regard sanguin était comme révulsée, terrifiée. Puis..... Dring!!!!! Dring!!! C'était son réveil avec sa vieille sonnerie répétitive. Le grand jour avait sonné, c'était aujourd'hui qu'elle devrait se confronter à ses élèves pour la première fois. Qui l'aurait cru, elle, une Professeur, une femme de l'ombre et aussi volatile que le vent... les matières même qu'elle se devait enseigner.

Eri se détendit sur son lit, laissant sonner inlassablement son réveil. Sur le dos, ses yeux se fixèrent sur le plafond, comme si elle tentait de voir à travers. Lassivement, notre demoiselle lâcha un soupir et porta ses deux menottes sur son visage, se malaxant les traits. Une de ses jambes nues se redressa, genoux plié. Boom! Eri venait d'étendre l'un de ses bras pour éteindre son appareil. Le silence retomba. Elle était si lasse... pourquoi se devait-elle d'être hantée par d'atroces souvenirs...Pfffff.... pourquoi se poser la question? Elle n'avait que cela...d'atroces souvenirs, pas un seul n'était bon, tout n'était que souffrance.

La jeune femme se décida à ramener son bras vers elle, et prit appuie sur celui-ci pour se redresser, continuant à se malaxer le visage de son autre membre. Lentement, elle quitta son lit, mettant un pied au sol, puis le second. Le sol était gelé, aussi froid que son âme depuis que seuls des évènement malheureux parcouraient sa vie. Elle finit alors par trouver la force de se mettre debout, mais elle ressemblait plus à un zombie qu'à une humaine. sa démarche était bancale, ses cheveux noirs en désordre et son problème oculaire lui donnait des feux airs de démone.
Elle s'avança alors vers une vasque remplie d'eau, plongeant ses frêles mains et se flatta le visage avec le liquide. C'était rafraîchissant et donna un bon coup de fouet à la jeune femme. Elle tatonna alors un meuble à côté et se saisit d'une serviette afin de se sécher. Puis elle se redressa, face à son propre reflet, un reflet qui se divisa en une dizaine de visage. La glace avait été brisée et eri n'avait pas pris le soin de la faire changer.

Elle s'en retourna alors vers une chaise où l'attendait des vêtements impeccablement pliées, comme si elle se trouvait dans son centre militaire, comme autrefois. Certaines habitudes ne se perdaient pas. Sous les premiers abords, pour ceux qui l'avait connue sous son grade de commandant, qui aurait cru qu'elle pouvait se laisser abandonner à quelques coquetteries. Oh! Bien petites! La jeune femme camoufflait toujours ce genre de détail,et là, c'était sa tenue légère, de la dentelle et soie noire. Parfait paradoxe sur sa peau de porcelaine. Seulement, une vilaine cicatrice en forme de croix parcourait sa poitrine, vieille blessure de guerre laissée par un doryphore.
Elle enfila alors une robe noire, la laissa glisser sur elle. Le col était assez haut, pour ne pas entrevoir ou laisser échapper un bout de peau qui pourrait présenter sa plaie. Alors que au contraire, son jupon était court, au dessus du genoux, dévoilant une partie de ses cuisses. Mais Eri n'était pas pudique, elle n'en avait pas la notion seulement. Une fois sa tenue principale sur le corps, elle s'assit sur sa chaise et enfila ses bottes de cuirs une par une, prenant le temps de les lacer. Le rituel était presque terminé. Un dernier coup de brosse, puis un petit détour près de son chevet. Là, ses lentilles l'attendaient. Elle se les plaça alors d'un geste plein d'habitude, camoufflant alors sa couleur naturelle qu'était le rouge sang de son regard pour une sorte de bleue violet. C'était fini.

On prend ses clefs, son écharpe qu'on enroule autour de son cou, endroit même où pendait en fait ses plaques militaires avec son matricule. Une petite sacoche où elle conservait quelques papiers pour ses cours, au moins fallait-il faire semblant d'avoir l'allure d'une professeur. Là voilà partit.

Les couloirs de l'école étaient déserts. Pendant un bref instant néanmoins, elle crut percevoir un homme se baladant... mais elle préféra croire que c'était son imagination et son insomnie qui était la cause de cette vision. On entendit alors seulement le bruit de ses pas résonner dans l'établissement. Elle était comme une ombre, une fantôme dans sa robe noire et son écharpe ondulante sous le mouvement de sa démarche. Ses cheveux noirs mi-longs à présent voguaient comme des fils de soie.

Puis brutalement, ses pas raisonnants se turent. Elle était devant sa salle de cours, éteinte, silencieuse. La salle du Deutéronome Etrange nom n'est-ce pas? C'est l'appelation du cinquième et dernier livre de la bible hébraïque et signifie "la deuxième loi". Il raconte les dernières épopées de Moïse, le sauveur. Fallait-il voir quelque chose dans cela en rapport avec la demoiselle? Aller savoir...

Elle se saisit alors d'un pass électronique et ouvrit la porte de sa salle. Automatiquement, des fenêtres s'ouvrirent, laissant la lumière chaude du matin pénétrait dans les lieux obscurs. Toujours dans un silence religieux, la jeune demoiselle partit s'asseoir sur son bureau, posant son cartable sur
la table.


* Combien de temps vais-je devoir attendre à présent...si les cas sont difficiles alors.... *

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laolyth
Cycle 1
avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Age : 28
Localisation : Le plus souvent dans l'ombre de vos gestes...
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 28/09/2007

Statut du personnage
PV:
50/50  (50/50)
Mana:
50/50  (50/50)
Xp:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Sam 6 Oct - 13:20

Blanc...noir...blanc...

Tandis que l'ascenseur du secteur PRIME entamait son interminable descente vers la zone réservé aux étudiant, Laolyth était adossé dans un coin de la petite pièce froide en forme de cylindre...yeux mi-clos, les bras en croix, le jeune homme était vêtue d'un uniforme rouge bordeaux, vierge de tous galons et décoration, seul l'insigne d'étudiant de premier cycle était slashé sur son pectorale droit. Son pantalon avait été fourré dans ses bottes blanches et une ceinture à clips scindait son gilet en deux parties égales au niveau de la taille. Dénué de tache ou d'une quelconque négligence, la tenue étaiti mpecable, du bout de ses bottes au dernier bouton refermé de son col.

...blanc...noir...blanc...une nouvelle fois son beau visage glaciale fut plongé dans la pénombre, puis illuminé par l'éclat pâle et stroboscopique des néons de l'académie...la seul chose qui n'avait cessé de produire ne serait-ce qu'une faible lueur durant ce cours labs de temps était l'éclat rubi de ses yeux de braise. Il y eut un CLANG sonnor et la nacelle s'immobilisa. Les portes coulissèrent...

Laolyth fut plongé dans un autre univers, les couloirs des salles de cours étaient remplies d'élèves de cycles diverse. certains chahutaient, d'autre attendait patiement l'arrivé de leur professeur. Son sac à l'épaule, Lao repèra les quelques élève de sa classe adossé, accroupi ou assis le long du mur de sa salle de cours. Son arrivé fut acceuillie par un silence tendu. Alors qu'il arrivait à hauteur de ses camarade, l'un d'eux imita faiblement le roucoulement du pigeon et lui fit un croche patte. Plongé dans un profond mutisme, le garçon ne fit rien pour l'éviter et bascula en avant. Il du se retenir contre le mur pour ne pas tomber et frola un autre élève...qui l'envoya valsé par terre d'une poussé violente.


"La prochaine fois que tu me touche Messon, ça ne sera pas qu'un simple avertissement."

Laolyth : "..."

Messon...

C'était le nom d'emprunt que sa famille d'acceuille lui avait donné. Laolyth Messon, c'était comme ça qu'on le connaissaît dans cette école. A genou, Lao ne croisa pas le regard du garçon et entreprit de ranger docilement son matériel scolaire éparpillé sur le sol. Son agenda digitale avait disparut...du moins le cru t'il puisqu'il n'eut qu'à lever les yeux pour voir qu'il était entre les mains d'un blondinet à l'air dédaigneux. Sourir au lèvres l'autre "feuilltait" les pages holographique.


"Hmm voyons, comment ça s'efface ce truc ?"

Il était tombé sur les notes de devoir que Laolyth avait prise la veille.

Laolyth : "Rends-moi ça s'il te plais."

"Hum...""

Le jeune homme posa un doigt sur ses lèvres en une parodie de réflexion.

"Bah...demandez si poliment."

Tandis que Laolyth tendait la main pour récuperer son bien, Zeck Alison, sourir aux lèvres fit mine de lui remettre l'agenda...mais le laissa tomber peu avant d'atteindre la main de son camarade. L'objet émit un petit "clac" et l'écran se détacha. L'appareil numérique était désormais en deux parties. Gloussant, l'autre déclara qu'il ne l'avait pas fait expret et disparut derreière l'encadrement de la salle de classe lorsque la sonnerie retentit. Aussitôt les couloirs se vidèrent comme si le directeur lui-même avait décidé de faire une razzia. Resté seul dans les allées éclairées, Laolyth se pencha pour ramasser ce qui restait de son agenda. Il l'examina.

Par chance l'objet n'était que déclipsé, et l'écran n'avait pas beaucoup souffert. Retournant avec délicatesse l'agenda entre ses doigts fin, Lao exerca une légère pression et un nouveau "clac" l'informa que l'appareille était à nouveau opperationel. Tandis qu'il le remettait dans son sac, un groupe de fille le dépassa.


"Tu as vue ses yeux Galinda ?"

Ignorant la remarque de sa camarade, l'autre marcha un peu plus vite.

"Ignores-le...il n'est pas comme nous."

Si Laolyth ne parlait pas beaucoup, il avait de très bonne oreille. Pourtant il ne tint pas compte de leur dire et se contenta de les observer jusqu'à ce qu'elles aussi, disparaissent derrière une porte coulissante.

La salle de classe était silencieuse, Zeck, qui s'était transformé en véritable galopin dans les couloirs était désormais aussi sage qu'un ange. Avançant timidement vers le professeur, une jeune femme à la beauté calme, Laolyth la salua avec respect et vint s'asseoir à une table seul au fond de la classe, interceptant au passage une boulette en papier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alis Lameloise
Cycle 1
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Sam 6 Oct - 15:21

Alis avait peu dormit. Elle n'avait pas l'habitude de dormir longtemps. Après tout, ce n'était qu'une perte de temps. Elle ne voyait pas cela autrement. Le sommeil était de toute façon dominé par sa volonté. Elle dormait si elle le souhaitait, et pas autrement. Elle avait pourtant tenu à se reposer l'esprit quelque peu avant d'entamer sa première journée de classe. Elle savait pertinnement qu'elle devrait s'imposer rapidement et elle aurait besoin de toute sa force pour le faire, tant physique que morale. Elle s'était donc accordée quelques heures de sommeil, qui lui avait permis de faire disparaitre les douleurs liées au voyage en espace.

Elle n'avait pas rêvé. Voilà bien longtemps qu'elle ne l'avait pas fait d'ailleurs. Elle avait tellement dompté le sommeil que les rêves avaient désertés son encéphale. Pourtant, en se réveillant, elle se sentit bien. Elle se rendit compte que pour une fois, elle ne venait aps d'ouvrir les yeux sur le ciel, couchée dans des poubelles ou alors abritée sous son aémoto. Elle n'avait pas gouté aux charmes d'un lit à elle toute seule. Les draps étaient enroulés fermement autour d'elle et le matelas était mou à souhait. Tout ce luxe la dérangeait un peu, mais elle savait que bientôt, elle ne s'en rendrait même plus compte. Cela ne l'empêcha pas de profiter pleinement de la douceur du moment. Elle s'étendit calmement dans le lit. Puis, enfin, elle regarda le réveil. Juste à l'heure. Encore une fois, son horloge interne avait fait du bon boulot. Elle avait devant elle une bonne heure.
Elle se leva ses pieds rencontrèrent le sol, qui n'était pas si froid que ça. Elle comprit alors qu'il était chauffé. Décidément, ce lieu lui plaisir de plus en plus. Elle ne portait sur elle qu'un short moulant. A vrai dire, elle se fichait pas mal de se trimbaler la poitrine à l'air. Après tout, elle était seule. Elle prit son repas en silence, l'immensité de son appartement lui faisant froid dans le dos. Puis, elle prit une douche rapide. L'eau chaude, brulante même, était quelque chose d'incroyable. Elle y serait restée des heures. Mais elle savait bien qu'elle n'avait pas le temps. Elle sortit donc. Et là, elle décida de s'habiller. Elle enfila un petit débardeur noir moulant son corps finement musclé avant de passer sur ses jambes athlétiques un pantalon aux couleur militaires assez large. Un baggy. Voilà des années et des années que la mode était passé. Pourtant, les motards y restaient fidèles. Tout comme elle. Enfin, après avoir mis sur ses pieds des chaussettes banales, elle mit ses grosse bottes. Elle n'oublia pas de prendre une veste brune, au cas où il ferait plus froid. Enfin, elle attrappa un sac, qui ne contenait qu'un pad d'écriture. Avait-elle réellement besoin de plus?

Les couloirs de néons blancs étaient toujours aussi impecables, ce qui l'irritait un peu. Un monde de perfection pour l'élite, alors que le reste mourrait dans la rue. N'en avait-elle pas fait les frais elle-même? Elle se contenta cependant d'avancer vers sa salle de classe. Elle finit par rejoindre une foule de jeune gens, tous fraichement arrivés, le sourire au lèvres. Elle-même ne put empêcer son éternel sourire laconique, ironique, de se dessiner sur ses lèvres. Elle attendit tranquillement, adossée au mur, qu'ils passent. Elle ne souhaitait pas entrer dans cette masse grouillante. Elle attendrait que le flot rétrécisse. Celui-ci finit par s'aténuer et elle emboita le pas à deux garçons, qui faisait une bonne tête de moins qu'elle. Ils chuchotèrent en la voyant et accélèrèrent. Elle les laissa filer et les murmures continuer. Elle s'avançait tranquillement dans les couloirs, cherchant vaguement des yeux sa propore salle de cours.

"Ah!..."

Elle y était, finalement. La salle du Deutéronome. Un livre de la bible. Etrange. Elle regarda autour d'elle. La cloche avait sonné depuis plusieurs minutes et elle était donc légèrement en retard. Mais ce n'était pas par mauvaise volonté. Autour d'elle, seul quelques mauvaise garçons trainassaient encore,attendant de trouver une excuse pour expliquer leur retard qui n'était du qu'à leur paresse. Elle soupira et toqua à la porte. Ni trop fort, ni trop doucement. Puis, entra. Elle se trouva face à une classe. Une classe comme les autres, hétéroclyte de par sa nature. Il y avait du tout dans cette classe. Même des boucs émissaires. Elle voyait en effet la table d'un garçon entourée de boulettes de papier machées.

(Décidement...)

La porte blanche se referma sur elle. Il n'y avait plus aucun bruit dans la salle. La plupart regardait l'étrangère qu'elle était. Elle les toisa tous de haut, leur renvoyant leur regards qu'il pensait perçant. Puis, lorsque le dernier qui l'avait dévisagé baissa la tête, elle prit une chaise et s'installa. Elle était plus près du bureau que du fond de la salle mais n'était pas non plus au premier rang, ce qu'elle n'aimait pas. Elle regarda son professeur, c'était une jeune femme, très belle, à la blancheur étonnante. Ses habits noirs contrastaient avec sa peau très lumineuse. Elle la regarda dans les yeux et s'adoucit un peu. Elle voyait à l'intérieur bien des souffrances. Bien entendu, son don l'aidait à dire cela. Elle la regarda et inclina légèrement la tête, en guise de salut. Voilà une personne qui avait eu une vie dure. Comme elle. Peut-être même plus. Peut-être moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Sam 6 Oct - 23:35

Comme m'on pouvait q'y attendre, Eri MaqVren n'avait rien de'un professeur typique d'une quelconque école, bien que l'université d'Orpale n'avait rien de banal. Dans son regard, ses manières, sa façon lente de respirer, sa façon de s'habiller... Rien ne la présentait comme une jeune femme qui s'apprêtait à enseigner l'une des matières les plus dangereuses à ces élèves.

Cela faisait bientôt près de dix minutes qu'elle était dans sa salle, lieu dont elle avait choisi elle-même énigmatiquement le nom. Pourquoi? Personne ne le savait, mais au moins celui là ne manquait pas d'originalité. Bien évidemment, si Eri était venue ici plus tôt, cela n'était que pour préparer cette salle qui fut restée bien longtemps fermées. D'ailleurs, on pouvait encore sentir une vague odeur de "neuf" dans les lieux. Tout le matériel présent l'était, des bureaux au parquet, des vitres au tableau blanc. La jeune femme ne supportait déjà pas cela.

Elle était donc là, assise à même son bureau. Non sur la chaise, mais sa table de travail même, les jambes croisées, tout comme ses bras. Quelques mèches noires lui tombaient sur le visage, sa mine était fort sérieuse, et son regard bleu aux nuances violettes, qui montraient par ailleurs que cette couleur n'avait rien de naturelle, semblait assez indifférent. Serait-elle à prendre avec des pincettes? Serait-elle un de ses professeurs excécrables que l'on finissait par détester? Seuls les élèves pourraient posséder tel jugement.

D'ailleurs, ceux-ci ne tardèrent pas à arriver.... Il ne fallut que quelques secondes pour entendre des jacassements assourdissants dans les couloirs, signe que la meute juvénile s'activait et se réveillait bruyamment. Les couloirs devinrent alors bien rapidement une fourmillière, où les "bonjours comment vas-tu?" fusèrent à volonté, suivis de quelques gloussement de jeunes filles sans cervelle ou de jeunes hommes prépubères à la voix rauque en pleine mutation. Bien évidemment, quelques élèves échappaient à ce genre de cliché, et heureusement pour Eri. Mais cela n'était qu'un vague soulagement.
La salle du deutéronome avait la porte grandement ouverte, attendant que les futurs esprits à malaxer pénètre dans ce temple sombre du savoir. Ils arrivèrent pour la plupart tous en même temps au moment de la sonnerie, mais avec grand étonnement, ils se turent une fois le pied posé dans les lieux où l'attendaient leur chère professeur.

La jeune femme à la peau de poupée en porcelaine ne daigna nullement tourner la tête dans la direction de l'entrée, mais la concerva concentrée droit devant, regardant sans vraiment le faire les élèves s'installer.
Eri avait étudié chacun des dossiers des inscrits de son cour, elle connaissait leur nom, prénom, leur prédisposition... tout ce qu'être professeur exigeait de savoir. Ce fut une jeune fille qui entra en dernier, jeune fille qui eut l'aimabilité de la saluer d'un mouvement de tête en gagnant une place parmis la foule de personnes présentes. Bien que foule était un grand mot, mais assez pour Eri.

La porte coulissante et automatique de la salle se ferma alors brusquement, puis un déclic s'en suivit, laissant à penser qu'ils étaient enfermés à présent. Ce qui était vrai mais la jeune femme n'allait pas tarder à expliquer leur pourquoi du comment. Cependant, bien qu'elle ne le montra pas, elle se déléecta sadiquement de voir quelques mines circonspètes sur le visage de ses élèves, bien qu'ils restèrent silencieux.
Toujours assise et immobile jusque là, notre irlandaise finit par décroiser sensuellement les jambes comme par provocation, mais aussi en toute innocence car elle n'en avait pas de telle notion. Certes une vie militaire endurcissait les esprits, mais cela ne formait pas forcément des ours!

Calmement et dans un mutisme religieux, Eri descendit de son bureau. Ses pas tranquilles résonnèrent alors dans la salle le temps qu'elle fasse le tour de sa table de travail. Là, elle glissa mystérieusement sa main dessous. Clic. Un projecteur sortit alors du plafond et s'abaissa lentement. Clic. Il se stoppa. C'est alors qu'elle farfouilla, toujours sans un mot à ses élèves dans sa sacoche et en sortit un nouveau pass magnétique pour ouvrir un tiroir. Cette fois-ci elle se saisit d'une sorte d'ordinateur et le posa sur la table, avec un petit stylet.

Clac!

Le projecteur s'alluma brusquement, et fit sursauter quelques âmes sensibles ou encore endormies. La lumière éclaira alors le tableau blanc derrière la professeur. Toujours muette, elle se saisit du styler et commença à écrire sur l'écran de l'ordinateur sur son bureau. Le projecteur renvoya donc en grand ce qui fut écrit sur le grand tableau : Eri MaqVren. Boîte XxX .
Ce fut à cet instant qu'elle se redressa et rejetta ses cheveux en arrières pour observer les bancs devant elle. Ses yeux se baladèrent alors d'élèves en élèves. Pendant un bref instant, elle se stoppa sur le dénommé Laolyth Messon. Ce jeune garçon avait des yeux aussi rouge que le sang, ce qui lui rappela vaguement quelque choses... puis ce fut au tour de Alis Lameloise, la retardataire mais aussi la plus polie.

C'est alors qu'enfin la vois d'Eri s'éleva dans le silence, profonde, prénétrante, suave. Elle imposait déjà le respect mais en dégageait paradoxalement une certaine douceur frissonnante.


" Je suis Eri MaqVren. Le professeur qui va vous enseigner les principes d'invocations et de malédictions de la voir dite des -ténèbres- . Le numéro de boîte que je viens de vous afficher est celui dans lequel vous pourrez éventuellement m'adresser du courrier si vous venez à avoir des problèmes, me prévenir de vos absences ou me joindre simplement pour quoique se soit. Vous la trouverez dans le lieu même où vous avez mis vos fiches d'admission. "

La jeune femme s'arrêta nette alors, comme pour laisser le temps à ses élèves d'assimiler ce qu'elle venait d'annoncer. Puis toujours avec son grand calme, la jeune femme reprit.

" Vous vous demandez peut-être pourquoi la salle s'est vérouillée une fois que tout le monde est été présent. La raison est simple. Ce que nous feront ici ne doit être nullement fait ailleurs. Rien ne sortira de cette salle sans que je vous en donne mon approbation et que je vous cerne tous. Car comprenez le bien. La matière que je vais vous enseigner comporte des risques que vous avez tous accepter en rentrant dans ces écoles. Ceci n'est rien de plus qu'une mesure de sécurité. De plus, la fermeture est automatique. Si vous n'êtes pas présent en temps et en heure, il n'y aura aucun moyen pour moi de l'ouvrir, ce qui signifit que les retardataire ne pourront pas rentrer en classe. Et avec moi, manquer un cour pour retard équivaut à une sanction bien peu agréable. Avis aux amateur. "

Et bien, la jeune femme ne semblait pas plaisanter. Maintenant, savoir si elle bluffait au sujet des portes.... en tout cas, il valait mieux pour tout élève de ne pas tenter de la provoquer à ce sujet.

Mais étonnamment, les traits de son visage commencèrent à se détendre. Regardant de nouveaux chacuns de ses élèves, elle finit tout simplement par dire.


" Bien. Y a-t-il des questions avant que nous rentrions dans le vif du sujet? Que se soit sur la façon dont les cours vont se dérouler, sur l'école ou quoique se soit encore sur les règles disciplinaires? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laolyth
Cycle 1
avatar

Masculin Nombre de messages : 8
Age : 28
Localisation : Le plus souvent dans l'ombre de vos gestes...
Emploi : Etudiant
Date d'inscription : 28/09/2007

Statut du personnage
PV:
50/50  (50/50)
Mana:
50/50  (50/50)
Xp:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Dim 7 Oct - 17:56

Tandis qu'un dernier projectile atteignait la table du jeune Laolyth, une nouvelle arrivante à la tenue certe règlementaire mais exentrique traversa le seuille de la salle de Deutéronome. Grande et mince, la jeune fille arborait une fine cheveulure taillé à la garçone et une expression vaguement familière aux yeux du jeune homme...non qu'il l'eut déjà rencontré, la simple attitude poli, fière...et calme d'Alis rapella à Laolyth la désagréable sensation qu'il ressentait en la présence d'Artosa. Si notre jeune adulte au charme minérale ne réagit pas comme certains de ses camarades qui eux, manifestaient un intéret non dissimulé à l'égard de la prestance qu'Alis avait dégagé dès son arrivé en salle, il prit toute fois note du charisme dont elle avait brièvement fait preuve et reporta son attention sur Eri MaqVren qu'il n'avait pas prit soin de détailler toute à l'heure. Svelte et gracile, elle était encore jeune pour un professeur. Laolyth ne lui aurait pas donné trente ans. Etrangement elle ressemblait un peu à Alis...sur un point uniquement...le charisme. Et pourtant, il était très différent, car le charme que cette sensation dégageait était...froid, triste et un peu opressant, comme les salle de laboratoire où Laolyth avait passé une grande partie de son enfance. Une enfance qu'il n'oublierait jamais...une enfance qu'on lui avait volé et qui l'avait rendu différent des autres garçon de son âge. Car Laolyth n'avait jamais connu l'amitier, l'amour et le plaisir des jeux innocent et enfantint. Non, toute sa vie n'avait été que crainte, douleur et solitude...car c'était ce passé qui avait fait de lui ce qu'il était aujourd'hui, c'était ce passé qui lui avait attiré le ressentiment de ses petits camarades de classe à cause de son absence de caractère et de ses traits physiques.

Laolyth soupira interieurement...même s'il comprenait l'attitude des autres envers lui, il ne pouvait la blamer, et ne manifestait aucune haine à leur égard. Seulement de l'indifférence...
Car il savait qu'eux ne pouvait comprendre. Eux avaient grandi au près de personnes qui leur avaient fourni au moins un minimum d'attention et d'amour, ils n'avaient jamais ressenti la crainte que l'on éprouvait d'être "Rayé du projet" si nos aptitudes physiques ne convenaient pas au professeur Artosa. Ils n'avaient jamais ressenti cette terreur silencieuse qui vous nouait les tripes peu avant la prise d'assaut de l'"Abattoire", une des zone les plus dangeureuse de TECHNO-SEED où l'on testait les "produits" au combat contre des Doryphore capturé et modifié par les soins de la firme. Non...Lao doutait des aptitudes de ses camarades de classe à comprendre que tous n'avaient pas eut la chance d'avoir grandi paisiblement...que ce monde pouvait parfois paraître froid et cruel...que l'humanité était capable d'inventer toutes sortes de choses horribles pour se détruire elle même...et qu'à la fin, les gens qui avaient vécu ce traumatisme n'attachaient plus grande importance à la vie elle-même, mais qui pourtant, tentaient désepérément d'exister...malgré tout.

Une voix aussi douce que de la soie et pourtant aussi tranchante que la plus acéré des lames tira Laolyth de ses sombres pensées. Eri, dont il avait senti le regard se poser sur lui tout à l'heure avait prit la parole, et expliquait le programme des cours qu'elle allait enseigner et les directives à suivre que Lao avait déjà eut l'occasion de lire trois fois dans la brochure prévu à cette effet qui avait été fournis au étudiants dès leur arrivé sur Orpale. Toute fois, le jeune homme n'avait pas encore été informé de la boite à courier du professeur...il en prit note en pianotant sur l'écran tactile de son agenda numérique que Zeck avait abîmé un quart d'heure plus tôt.
Une boulette à papier s'écrasa à nouveau dans sa fine chevelure d'encre noir. Machinalement, il se saisit du projectile et le lança en arrière, dans la poubelle situer quelque mètres derrière lui et qui déjà, comportait bon nombre de petit "cadeaux" à son adresse.

Croisant les bras autours de sa taille, il reporta son attention sur la belle jeune femme aux yeux couleurs lavande qui était son professeur de la matiné. La classe demeura silencieuse un instant, et Zeck Alison, le blondinet l'ayant importuné dans les couloirs leva la main avant de demander poliment.


"Vos cours comporteront-il un programme d'entrainement virtuel professeur ? J'ai lu dans la brochure que certaines salles de classe étaient dotées d'un système de matrice numérique ?"

Les yeux rougis de Laolyth passèrent du doux visage d'Eri aux facié hautain du jeune homme qui l'avait gratifier d'une nouvelle surprise en papier il n'y a pas si longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alis Lameloise
Cycle 1
avatar

Nombre de messages : 15
Age : 27
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Dim 7 Oct - 22:34

Décidement, il y avait des idiots dans la classe. Surtout celui au regard bien trop fier. Enervée, Alis n'avait qu'une envie, lui rabattre le clapet. Mais elle était d'humeur douce aujourd'hui. Et, elle ne savait aps trop pourquoi, elle savait que se lever pour mettre son poing dans la face du jeune débile ne lui serviraient pas à grand chose. En tout cas, certainement pas à se faire bien voir de leur professeur. Non pas qu'elle voulait fayoter, mais elle savait que sa tenue et sa manière de penser la distingait du reste des gens qui l'entouraient. Elle devait donc faire des efforts pour s'adapter le mieux possible. Elle avait pu remarquer à quel point les horreurs de la guerre pouvait changer une personne. Finalement, ils étaient foncièrement différents. Elle avait oublié ce qu'était ce sentiment. Celui qui empêchait les autres de tuer. La réserve? La pitié? Tout cela était trop ridicule pour qu'elle s'y abaisse. Alis n'était pas sans coeur, loin de là. Mais ce qu'elle possèdait le plus, c'était du culot. Et de la haine. Envers quoi, elle n'en savait trop rien. Elle était juste remplie de haine, au fond d'elle.

Un projecteur descendit, sollicité par leur professeur. Il n'y avait rien de bien nouveau dans l'éducation. Elle y eut une brusque bouffé de souvenirs. Elle se revoyait, étudiant conscencieusement ses mathématiques, sa poésie, sa mécanique. Tout était encore là. Sa mémoire marchait très mal pour les ouvenirs. Mais en termes de connaissances, elle n'oubliait jamais rien. Etrange mémoire que la sienne. Elle suivait d'un oreille attentive ce que disait la jeune fille aux beaux cheveux noirs. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle ne pensait pas à autre chose. Alors qu'elle mettait une partie d'elle à être concentrée sur le discours de la dénommée Eri MacVren, elle observait plus en détail ses camarades de classes. Il y avait le petit idiot de tout à l'heure. Elle l'observa tranquillement, sentant de par son pouvoir qu'il était fier de lui. Elle eut un sourire narquois. Qu'elle fit disparaitre aussitôt. Elle avait bien sur l'intentionn de se faire respecter de toute la classe afin de ne pas avoir de problèmes après. Mais elle ne devait pas pour autant les briser. Elle passa donc à un autre élève. Ils étaient tous normaux. Un peu fier de par leur statut de gosses de riches. Il n'y avait là qu'une seule exception. Le jeune attaqué, comme elle se plaisait à l'appeler. D'après ce qu'elle sentait, il n'était rempli que d'indifférence, malgré les attaques de boulettes dont on le marletait. Elle fut ausssi intéressée de voir qu'il pouvait envoyer lesdites boulettes dans la poubelle derrière lui sans se retourner. Elle sourit. Voilà quelque chose à essayer. Elle fouilla dans un de ses poches et trouva un vieux billet de paléo-cinéma. Elle le roula en une boule, ce qui était bien plus aérodynamique. Puis, se mit bien en face du tableau. Elle se livra rapidement à quelques calculs de distances. Avec une force et une précision tout à fais préparée, elle envoya la boulettte derrière elle, discrètement bien sur. Un très léger bruit mat lui indiqua qu'elle l'avait bien mis dans la poubelle. Voilà qui était amusant. Mais pas très prenant.

Pendant ce temps, elle écoutait Eri tranquillement. Les règles étaient simples et couvraient pour l'instant la plupart des cas. Alis se réservait l'ignorance pour pouvoir faire ce qui lui semblait juste en présence d'un cas particulier. Elle marqu rapidement sur son pad d'écriture le numéro de la boite du professeur. Son écriture était légèrement penchée et brouillone. Mais néanmoins élégante et facilement lisible. Puis, elle releva la tête vers Eri. Les portes venaient de se verrouiller, hermétiquement si elle en croyait ses oreilles. Elle sentit aussitôt une montée d'appréhension chez la plupart des élèves. Elle resta pourtant calme. Après le champ de batille, une salle fermée ne lui faisait vraiment pas peur. Lorsque la jeune femme finit de parler, elle souhaita ardemment qu'il n'y aucune question posée et que ce cours commence vraiment, que, comme l'avait dit Eri, ils entrent dans le vif du sujet. Car elle devait avouer qu'elle s'ennuyait à mourir jusque là. Mais bien entendu, l'idiot s'enfonçait à ses yeux en posant une question. Elle ne fit pas un geste de plus, attendant calmement la réponse. Elle refusait de s'énerver pour un petit pion.

(J'espère qu'elle ne va pas perdre de temps en répondant...)

Elle ne le pensait pourtant pas. Elle faisait preuve d'un oeil assez critique sur les gens et elle ne pensait pas qu'Eri était de ces gens qui s'épanchent tellement. Elle se surprit à appeller la jeune femme Eri, alors qu'en tant que professeur, elle avait droit à plus de respect normalement. Elle se forca alors à l'appeler professeur à partir de maintenant, si elle devait lui parler. Par contre, elle espèrait que cette dernière ne répêterait pas son nom à tord et à travers. Elle avait passé un an à se cacher de sa puissante famille. Ce n'était pas pour se faire assassiner ici. Elle était sur que beaucoup d'élèves connaissaient les Lameloises ici. Et ils se poseraient forcément des questions. S'il ébruitaient cela, la situation pouvait devenir dangeureuse pour elle. Alis ne savait pas qui était à la tête de la famille en ce moment. Mais elle savait que cette même personne serait celle qui avait tué son père, son oncle et surement sa mère. Et elle ne la laisserait pas s'enfuir comme cela. Un jour, bien qu'elle ne sache pas quand, elle la ferait payer. Mais elle ne se prècipitait pas, Alis n'était pas pressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   Lun 8 Oct - 0:26

Jusque là les choses semblaient parfaitement bien se passer, bien qu'il ne fallait jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuer comme l'on disait dans l'ancien pays. Eri aurait pensé que tout se serait peut-être passer dans la confusion, le désordre et la désobéissance, mais finalement, les élèves présents se montraient assez intelligents pour ne pas venir la titiller, bien que certains commençaient déjà. Oh! Certes, ils étaient silencieux, mais si ils pensaient qu'elle ne remarquerait pas que dès qu'elle eut le dos tourné, certains d'entre eux se lancer à tort et à travers des morceaux de papier, c'était une grande erreur.

Mais la jeune femme fit preuve d'un calme étonnemment, peut-être un peu trop terrifant pour son premier cour. Il lui fallut peu de temps pour remarquer un certain malaise chez les personnes du premier rang, qui déglutinaient à chaque fois qu'elle posait son regard violacé sur eux. Mmmm... Bien, il faudrait peut-être un peu plus de douceur? La demoiselle aux cheveux d'ébène ne savait que trop bien que l'on n'apprenait pas de la bonne façon dans la terreur, cela n'était bon que pour les ordres disciplinaires, pas la compréhension.

Un bref instant, elle soupira alors, lassivement, fermant les yeux quelques secondes. Délicatement, elle prit l'initiative de retirer enfin l'écharpe qui lui entourait le cou jusque là, car depuis le début, elle n'avait guère pris la peine de la retirer. Sereine, elle la deposa alors sur le dossier de sa chaise, puis releva la tête en direction des bureaux des élèves pour répondre à une question d'un petit impotum.

En effet, cela faisait quelques minutes qu'Eri avait de nouveau conserver le silence comme si elle réfléchissait à la façon de répondre. En réalité, la question était pénible, et n'y voyait que peu d'intérêt à y prêter attention. Seulement, c'était ce que l'on attendait d'elle, ce que l'on attendait d'une professeur : répondre aux questions. Métier ingrat que voilà.
Le ton de sa voix se fit alors plus doux que lors de son premier speech, moins cinglant, bien qu'il était facile d'y voir son agacement.


" Tu as bien lu la brochure. Néanmoins, tu n'es qu'un premier cycle. Tu n'apprendras que la théorie. Même si tu le souhaitais, cela ne serait que prétention que de penser que tu puisses accéder à ce type d'entraînement aussitôt. Du moins, pas dans mes cours. D'autres questions? "

Eri balaya alors du regard son assemblée d'étudiants, avant de se repencher vers son ordinateur derrière son bureau. Evidemment, le silence retomba bien vite, mais certaines frustations se firent sentir dans l'air, notemment celle du dénommé Zeck Alison. Après tout, son professeur ne venait-elle pas de le présenter comme un prétentieux ou un garçon trop pressé? Si. Peut-être l'éthique n'apprécierait pas cette franchise, mais Eri était de ses femmes qui n'aimait pas le mensonge, du moins quand son intérêt n'y était pas.

Bien évidemment, commençant à comprendre les habitudes silencieuses de leur nouveau professeur, certaines personnes commencèrent alors à prendre leur aise. Pensant bêtement que la jeune femme ne leur prêtait plus aucune attention, de nouvelles boulettes de papiers commencèrent à voler dans les airs. Malheureusement pour un des élèves, celui-ci visa très mal, et son projectile fut dévié dans la direction de la jeune femme au moment même où elle se redressa.
Alors que déjà des mines affolées se dessinèrent sur le visage des étudiants, avec agilité et rapidité, Eri leva sa main et attrapa entre son index et majeur la fameuse boulette de papier. Son visage de poupée resta parfaitement placide à cela, et comme si de rien était, sans même détouner la tête, elle relança le papier, comme dans un mouvement de pichnette le projectile entre les deux yeux du malheureux plaisantin, qui d'ailleurs, ne put s'empêcher de lâcher un petit "ouille".

Toujours aussi sereine, Eri préféra alors mettre les choses au point un nouvelle fois.


" C'est votre premier jour avec moi, alors je me montrerais clémente pour cette fois-là. Que cet incident ne se présente pas encore une fois. De plus, ceci vaut également quand j'ai le dos tourné. "

A ces paroles, elle jeta un petit regard à la jeune Alis. Il n'y avait rien de menaçant alors, mais c'était juste un avertissement amical. Rapidement, elle détourna les yeux tout aussi éphémèrement vers Laolyth avant de revenir vers Zeck.

" Et bien évidemment, je tiens à préciser que le bizutage entre élèves est interdit dans cette salle. Me suis-je bien faite comprendre? Bien. Commençons rapidement. "

Eri contourna alors nonchanalement son bureau afin de venir s'asseoir devant, comme lorsqu'elle avait accueilli ses élèves. Là elle croisa les bras.

" Si vous êtes tous réunis dans ma salle de cours, c'est pour une simple et bonne raison. Vous tous, je dis bien tous, posséder un potentiel qui pourrait vous amener à développer des méthodes de combat particulière dans la voie des ombres. Mais... savez-vous réellement ce qu'elle représente? "

La jeune femme marqua une pause avant de reprendre.

" Je me dois de vous enseigner l'art et la manière des invocations de l'ombre mais aussi de la technique contreversée de la malédiction. Est-ce que certain d'entre vous en ont une vague définition ou notion? "

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre du troisième type : premier contact! ^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre du troisième type : premier contact! ^^
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Présent] - Premier contact [Pv : Tenshi]
» Premier contact ~ « affaire de faussaire »
» Havrias, le premier contact.
» Premier contact
» Le premier contact depuis votre arrivé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orpale :: Ilion :: La base d'Ilion :: Zone de cours :: Salle du Deutéronome.-
Sauter vers: