Orpale


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eri MaqVren [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Eri MaqVren [en cours]   Ven 20 Juil - 14:19



Le nom et le prénom : MaqVren Eri

L'âge: 28 ans

Sexe: Féminin

La description :
Eri est une plantureuse jeune femme qui cache bien ses attraits. Guère féminine sous les premiers abords, elle n'en est pas moins dénuée d'un charme mystérieux et envoûtant. De part ses origines, elle a hérité de sa mère sa chevelure noire comme l'ébène. Autrefois, elle les arborait avec une longueur non négligeable mais pour des besoins d'ordre pratique, elle se résolut à les couper court. Toujours tenant de sa mère, elle a une peau extrêment pâle qui contraste avec la noirceur de ses cheveux, lui donnant alors une mine un peu maladive, voir chétive, chose qui n'en est rien en réalité. Elle est de taille assez moyenne, ou plutôt passe-partout. Elle est mince et sa taille est fine, parfaitement dessinée. Son regard porte un défaut de naissance, ses iris n'ont pas de pigmentation, soit, ils sont injectés de sang, un peu comme pour les personnes souffrant d'albinisme, soit ses yeux sont rouges. Mais pour ne pas se faire remarquer, Eri porte des lentilles de contacts colorés qui lui protége à la fois les yeux, et masque ce défaut. De part ses imperfections, la jeune femme arbore une cicatriceen forme de croix sur la poitrine, souvenir de guerre peu reluisant. Néanmoins, cela ne fait que lui apporter une certaine autenticité et renforce son charme ténébreux. Ce détail là est ensuivi d'un autre qui caractérise étrangement Eri, et cela permet aisément de savoir qu'elle est passé dans le coin. Son parfum unique tente à rester quelques instants dans les parages, et posséde ce curieux pouvoir rassurant. Il serait à base d'Orchidée...
Pour ce qui est de sa façon de se vêtir, elle préfère arborer des tenues aux couleurs sombres, que se soit pantalons, robes ou autre. Les seux éléments récurrents dans ses choix sont ses chaussures qui sont des boots militaires ainsi qu'une écharpe qu'elle porte en toute saison.

Le caractère :
Eri MaqVren fait partie de ces gens qui se veulent replier sur eux même, renfermés et solitaire. De part bien des égards, elle semble insensible et indifférente, aussi froide que le marbre blanc. Néanmoins, ce n'est que pour mieux camouffler ses hantises et ses peurs, une façon bien à elle de se portéger, se capitonant dans une caparace qu'elle s'était forgée au fur et à mesure des années s'écoulant.
Cependant, malgré cela, Eri est une jeune femme d'une grande loyauté sur qui on peut compter, en qui on peut avoir une confiance aveugle si elle venait à donner sa parole. Fidèle et étrangement généreuse à sa façon, elle n'hésitera pas à tendre la main et à prendre des risques pour ses proches, voir ses hommes lorsqu'elle était soldat.
Peu bavarde, elle n'est pas du genre à entamer des discussion inutile. Néanmoins, ce côté effacé de sa personne dissimule un tempéramment de feu. Entêtée et déterminée, il lui est difficile de lâcher une affaire quand celle-ci lui tient à coeur. Imprévisible, impulsive, parfois agressive, elle n'en est pas moins un paradoxe car elle peut également se montrer calme, réfléchie, diplomate, intelligente et faire preuve d'initative quand cela est imposé. Parfois son courage peut être synonyme de folie, car son impulsivité et son sens des règles qu'elle s'est imposée peuvent l'amener à bien des situations rocambolesques et dangereuses.
Tout ceci n'est d'ailleurs que de bien grande façace qui cache une femme ayant connu de grande blessure plus profonde qu'il n'y parait, une femme blessée par la vie, ayant des peurs presque enfantines se révélant souvent sous formes d'atroces cauchemar qui la rendent insommniaque.
Méfiante, elle ne donne sa confiance qu'à de rare personne, et lorsqu'elle vient à la donner, sa loyauté est garantie. Néanmoins, venir à la trahir équivaudrait à sa rancune éternelle et peut-être à des actions inconsidérées.... car elle peut se révéler être une jeune femme incontrôlable, sauvageonne à sa façon et indomptée, indépendante.

Grade: Professeur

Affinité: Air, Terre, Eau

Voie: La voie des Ombres

Pouvoir(s) spécial(aux): Empathie avec son environnement.

Histoire:

Irlande... comme toujours dans ce pays, la brume s'y est faite maîtresse et reine depuis des siècles, voilant ainsi les attraits splendide de ses landes, de ses pâturages d'un vert magnifique, cachant le soleil pour ne pas qu'il vienne souiller ses terres de ses rayons. Tout y calme, tranquille, paisible... un pays qui sur les premiers abords n'est que sérénité.... tout comme la famille recomposée MaqVren... alors que de bien terrible chose se cache derrière toute cette plénitude, de lourd secret qui hanteront à jamais Eri...

Ce jour là, ce jour qui scellera à jamais le destin de la petite Eri alors âgés de cinq ans, la fillette tenait la main d'une personne, sa mère, Ellone MaqVren. Toutes deux sont habillés en noir, la mère pleure, Eri semble avoir l'esprit ailleurs, fantômatique... Elles sont toutes deux à une procession funèbre, marchant sur les chemins qui les mèneraient au cimetière. Là, une foule de gens les attend, ainsi que le cercueil enfermant le corps livide d'un homme, un certain Gary Fitzjerald, compagnon infortuné de Ellone qui semblerait avoir trouvé la mort dans un terrible accident domestique.... On l'enterre, la foule semble alors se dispercer, il ne reste là que Ellone et sa fille, toujours mains dans la main. La mère pleure toujours, mais son regard à changer, il semble en colère, elle se mord les lèvres pour ne pas crier sa haine, serrant la main de la jeune Eri. La fillette lève la tête en voyant que la pression exercée par la main de sa mère se fait plus forte, puis elle se détourne vers la sépulture. Les yeux de Eri sont rouges, rouges sangs, lui donnant des allures de petite démone... Elle revient alors sur la silhouette de sa mère, et lui tire un peu dessus. Eri tend un parapluie. Etrange, ce matin elle n'avait pas vu que sa fille l'avait emporté avec elle. Pourtant il ne pleut pas...et il n'avait pas plu, seulement bruiné légèrement. La mère s'essuie ses larmes et s'accroupit devant sa fillette, lui passa maternellement la main dans ses cheveux noirs, et essaye de sourire... en vain.

_ " Eri.... ma chérie.... je suis désolée.... tellement désolée... pour tout...."
_ " .... "
_ " A présent nous devons rentrer.... nous n'avons rien à faire ici.... "
_" Maman.... prend le parapluie.... il va pleuvoir... "
_ " Mais il ne pleut pas ma chérie... pour???? "

A peine eut-elle le temps de répondre que la pluie s'abattit sur le cimetière. Sans attendre, elle se saisit du parapluie et l'ouvrit en grand, prenant sa fille dans ses bras pour ne pas qu'elle se voit tremper par les éléments. Ellone regarda alors étrangement sa fille. Comment avait-elle su?? Jamais Eri ne sut l'expliquer, jamais elle n'en parla.... mais ce jour là, ce jour de pluie funeste, un terrible secret fut entrerré....

Une naissance au couleur rouge et blanche...

Nous voilà quelques années en arrière, le jour où Eri vit le jour, un jour où la neige avait blanchi les terres irlandaises de son grand manteau poudreux. Son père était encore en vie à ce moment là, un homme de bonne carrure, grand, svelte, et beau d'après ce que l'on comptait de lui. Il avait une chevelure noire corbeau, de grands yeux verts. Il était de ces hommes que l'on nommait alors d'idéaliste, plein de rêves utopiques, notemment pour son propre pays en guerre de religion. Connor MaqVren de son vrai nom avait épousé une dénommée Ellone. Une femme à sa hauteur de par ses attraits, douce, aimante, enjouée, mais plus posée. La jeune demoiselle qu'elle était portait l'enfant de Connor, une petite fille d'après les médecins mais ils avaient tous un avis inquiet sur cette naissance. Le nourrisson semblait faible, on avait même dit à la jeune mère que l'enccouchement porte des risques et que l'enfant de pourrait peut-être pas survivre... néanmoins elle vécut. Mais il manquait alors une personne à l'appel..... Connor MaqVren.... Cet homme désirait tant cette petite fille, il s'en était montré tellement impatient, rien au monde n'aurait pu alors l'empêcher d'assister à sa naissance... Quelque chose de mauvais se tramait alors.... Il n'y avait vraiment rien alors qui aurait pu empêcher un homme de venir soutenir sa femme adorée? Si..... une chose.... et cette chose, on la lui rapporta quelques minutes plus tard. Connor MaqVren était mort.
Il semblerait que le futur père était allé prier pour sa fille dans une église protestante. L'erreur lui fut fatale. Une groupe de manifestants religieux, anti-protestant s'en était appris au jeune homme lorsqu'il sortit de l'église, le battant à mort, et l'abandonnant dans la neige glaciale de la rue. Les secours arrivèrent trop tard.... Connor avait prié pour que sa fille vive, et ce fut sa vie à lui qui fut fauchée...
Ellone eut énormément de mal à se remettre de la perte de son époux bien-aimé. Mais comment allait-elle faire pour élever seule sa fille? Et sa fille, comment s'appelait-elle? Lorsque l'on lui laissa dans les bras, on lui remit alors un nourrisson extrêment maigrelet et d'une pâleur effrayante. Néanmoins, elle avait deux ou troix cheveux sur le sommet du crâne, aussi noir que les siens, mais son expression changea de stupéfaction quand elle vit pour la première fois la fillette ouvrir les yeux.

_ " Doc... Docteur... qu'est-ce... qu'est-ce qu'à ma fille?? Ces yeux!!! ces yeux!!! "
_ " Madame. Ne vous inquiéter pas. Il est vrai que cela est surprenant mais.... il n'en ai rien. Il semblerait que votre fille n'est aucune pigmentation au niveau de ses iris. Cela ne portera aucun préjudice sur sa vue, seulement d'un point de vue esthétique.... je reconnais que c'est un cas rare et surprenant.... généralement, cela ne se voit que chez les personnes souffrants d'albinisme.... pour le reste, il semblerait qu'elle soit en bonne santé.... étonnamment... "
_ " Oh....je.... voilà une bonne chose....j'aurais... j'aurais tant aimé que Connor soit là.... "

Ellone ne put s'empêcher de pleurer à chaudes larmes. La jeune femme était à bout. Mais elle avait la fillette à présent, ce bébé allait être toute sa vie à présent. Il ne lui manquait qu'un prénom... Elle réussit à ravaler ses pleurs, et regarda sa fille. Elle passa ses doigts pâles sur la petite joue rosée de son enfant, à travers sa peau mouillée par les larmes, elle réussit à glisser un petit sourire pour l'enfant.

_ " Toi.... petite bout de chou.... Je t'appellerais Eri.... c'est ton père qui souhaitait te nommer ainsi... et tu sais pourquoi? Parce que c'est le nom de la déesse de notre pays, c'est elle qui l'incarne... héhé, tu voies, ton père te considérais déjà comme une déesse avant même que tu soies née... Eri....ma petite Eri... "

Ce fut ainsi le début d'une nouvelle vie... le sang fut versé, les yeux de l'enfant devinrent témoin en s'épreignant de cette couleur....

Une enfance souillée...

Cela faisait presque trois ans maintenant que Ellone élevait seule son enfant, sa petite fille qu'elle considérait comme étant la perle de sa vie. Mais tous les évènements allaient prendre un nouveau tournant pour ces deux femmes.
Ellone était restée une très belle jeune femme mais néanmoins depuis la mort de Connor, elle se sentait éperdument seule, et le poid d'élever une enfant en étant veuve était un lourd fardeau. Ce fut à ce moment que ce qu'elle coyait être due à la providence, lui envoya un homme du nom de Gary Fitzjerald. Certes il n'était pas aussi beau que son défunt époux, il était bien différent mais néanmoins, il se montrait polie, agréable, souriant et avenant envers elle. Cela faisait bien longtemps que l'on ne s'était pas occupé d'elle comme il le faisait. De plus, il semblait aprécier les enfants. D'ailleurs, c'était dans un parc où Ellone avait emmener sa fille qu'ils se rencontrèrent. Etrangement, il accepta rapidement cette petite fille et souriait toujours en la voyant....
Il ne leur fallut que quelques mois avant d'avisager d'emménager ensemble. La plupart des gens qui connaissait Ellone MaqVren était heureux pour elle, de la revoir ainsi vivre, et peut-être que ce Gary pourrait être un père de substitution pour Eri... cela aurait été idéal. Si seulement...
Cela devait faire à présent un an que le couple Ellone/Gary était ensemble. La jeune femme se sentait satisfaite de voir que celui-ci aimait à s'occuper de la fillette. D'ailleurs, cela lui permit de retrouver un travail, de participer à l'entretien de la maison, vivant alors ainsi plus convenable, avec plus de confort qu'auparavant. Néanmoins, quelques choses n'allaient pas sous cet aspect de paisible famille. Quelque chose de plus terrible qu'il n'y paraissait.
Un jour qui semblait comme un autre, Ellone reçut un coup de téléphone de la directrice d'école de sa fille. Eri avait alors quatre ans, et tout jusque là semblait aller bien mais en réalité.... Cette même directrice demanda alors un entretien avec la mère de la fillette, et seuleument elle. Intriguée, elle organisa alors le rendez-vous et se rendit elle même à l'école pour récupérer sa fille. La jeune femme prit Ellone à part, laissant la fillette dessiner dans son coin.

_ " Madame. Je vous ai convoquer pour parler d'un problème avec votre fille. "
_ " Un problème? Que... qu'a-t-elle fait?? Oh mon dieu... je suis vraiment désolée si ... "
_" Madame... calmez-vous je vous en prie. Permettez-moi de vous demander si chez vous tout se passer bien? Il n'y a pas de dispute avec votre compagnon ou quoique se soit d'autre? "
_ " Non non... Pourquoi? Tout ce passe très bien... "
_" Et bien. Je m'inquiète pour Eri. Cela fait quelque mois qu'elle se montre particulièrement agressive envers ses camarades. Elle reste dans son coin et refuse de jouer avec les autres. Elle refuse même d'être touchée. Je pensais que peut-être, il se passait des choses à la maison qui influençait son comportement. "
_" Vraiment? Pourtant, à la maison, Eri se montre très calme. Il est vrai qu'elle ne parle pas beaucoup mais... cela a toujours été ainsi. Jusque là je ne m'en suis pas inquiétée.... "
_" Mais j'ai bien peur que cela ne soit pas tout. Depuis quelques mois, j'ai remarqué que les dessins de votre fille ont aussi changé. Et la tournure que prend ce qu'elle dessine ne devrait pas être ainsi pour une enfant de quatre ans. "

C'est alors que la directrice sortit les dessins que Eri avait fait pendant sa scolarité. Toutes ses oeuvres étaient rouges et noires, beaucoup de grands traits gribouillés, des maisons qu'elle rayait. Mais le plus troublant était qu'elle représentait à chaque fois une petite fille avec les yeux bandés. Pourquoi?
A ce moment là, Ellone leva les yeux en direction de la fillette, celle-ci la regarda au même moment, son expression semblait étonnamment peinée. Sur cela, la jeune mère prit congé de la directrice. Il était évident que quelque chose se tramait, mais O grand jamais elle n'aurait pu imaginé une telle chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Re: Eri MaqVren [en cours]   Mer 25 Juil - 1:45

Sur le chemin du retour, Ellone tenta néanmoins d'en savoir plus. Sa fille ne parlait pas beaucoup, jusque là elle ne s'en était jamais spécialement inquiéter mais elle savait pertinament que ce n'était pas normal. Elle pensait juste quz c'était une passade. Pourtant, elle se rappelait Eri dans ses premières années, elle souriait, riait.... puis il y a peu, tout cela avait disparu. Puis avec un peu plus de réflexion, elle comprit que tout avait commencé avec l'arrivée de Gary. Se pourrait-il que la fillette n'aprécit pas le compagnon de sa mère? C'était bien connu pour beaucoup d'enfant... poutant Gary se montrait tellement attentionné à son égard. Les deux jeunes femmes étaient alors en voiture, Eri était à l'avant, avec sa mère, attachée et silencieuse. Ellone ne put garder le silence bien longtemps.

_ " Eri.... est-ceq que tout va bien à l'école? Ta maîtresse m'a dit que tu ne jouais plus avec tes camarades... Ont-ils été méchant avec toi? "
_ " .... "
_ " Ma puce.... pourquoi ne veux-tu pas me le dire? Je ne te gronderais pas tu sais... "
_ " Je n'ai pas de soucis avec les copains. Mais j'aime pas qu'on me touche, c'est tout. C'est pas agréable. "
_ " Que veux-tu dire par là? Ils t'ont frappé??? "
_ " Non. Ils ne m'ont rien fait. "
_ " Ah. Alors c'est ta maîtresse??? Elle t'a puni parce que tu as fais une bêtise?? "
_ " Non. Mais si tu le dis, tu vas te fâcher. Et je ne veux pas qu'il t'arrive quelque chose. "
_" Mais qu'est-ce que tu racontes là? Me fâcher? Je ne le pourrais jamais contre toi... et je ne vois pas pourquoi il m'arriverais quelque chose. "
_ " Tu ne seras pas fâchée contre moi... tu seras triste après si je te le dis... je ne veux pas te voir triste... "
_ " Tant que tu es avec moi Eri, je ne pourrais aps être triste... "
" ... "

A partir de ce moment, la fillette de quatre ans ne prononça plus aucun mot. Néanmoins, la tête d'Ellone grouilait de questions. De qui pourrait-elle être fâchée et être peinée. Parlait-elle de Gary? Etrangement.
Néanmoins, la semaine après cette rencontre avec la directrice, elle ne sut pourquoi, mais Ellone surveilla étroitement son compagnon ainsi que sa fille. Elle avait alors pu remarque que la fillette avait le regard fuyant face au jeune homme. Depuis quand? Pourquoi Ellone ne l'avait pas remarquer? Mais elle observa également autrechose qui la stupéfia alors.... les gestes de Gary, il n'avait rien de paternel, ils étaient trop tendres et ce regard étincelant qu'il avait en regardant la fillette qui elle, au contraire, semblait si indifférente.... Qu'est-ce qu'il se passait donc? Pourquoi Ellone fut alors parcourrut d'un affreux sentiment de terreur. Mais Eri la regardait, comme la suppliant, alors que Gary souriait. Quel paradoxe.

Une nuit, la jeune mère ne put s'empêcher de feindre le sommeil. De toute façon, elle n'arrivait plus à dormir depuis longtemps, depuis que le doute s'était installée dans sa relation avec Gary. Elle ne se sentait plus en sécurité. Pourquoi? Elle allait peut-être trouver la réponse, une réponse qui l'effrayait plus que tout.
Ce soir là, alors qu'elle fit semblant de dormir paisiblement, elle sentit qu'à ses côtés son ami s'était levé. Il devait être aux alentours de minuit peut-être. Une fois que celui-ci quitta la chambre à taton, Ellone se redressa alors, le suivant discrètement. Leur chambre se trouvait au deuxième étage de leur maison en Irlandes, en pleine campagne, loin de tout. La jeune mère épiait dans l'entrebaillement de la porte son compagnon. Puis son regard s'écarquilla quand elle le vit pénétrer dans la chambre de Eri. Mais pourquoi? A une heure pareil??? C'était impossible!!! Comment... pourquoi.... Grand dieu et Eri! Depuis tout ce temps, son mutisme... Ellone se sentit alors prise comme de nausée affreuse, une horrible envie de vomir la saisit. Elle venait de comprendre le terrible drame qui se cachait alors dans son dos : Gary Fitzjerald était un pédophile. Ellone vivait avec un tel homme. Jamais elle en se pardonnerait telle faiblesse qui coûta alors l'innoncence de son enfant chéri. Elle s'était sentie si seule qu'elle avait finalement prise chez elle le premier homme qui s'était montré compatissant à son égard, un prédateur d'enfant. Ellone se dégoûta elle-même. Connor devait sans doute de retourner dans sa tombe.
En tout cas, à présent qu'elle sut enfin la vérité, elle ne pouvait laisser une tel chose se faire. Sans crier gare, elle sortit de la pièce pour pénétrer dans la chambre de sa fille. Là, elle aperçut Eri en pleurs et tremblante, alors que Gary la tenait par l'épaule comme pour la rassurer. La mère avait les yeux en pleurs, et le jeune homme odieux feignant qu'il avait entendu Eri pleurer, il raconta qu'il était là pour la rassurer. Quel immondice! Comment avait-il osé poser ses sales mains sur elle? Commentn'avait-elle pas pu voir l'être abjecte qui se cachait sous ses airs angéliques et charitables? Etre odieux!
L'homme se leva alors, souriant de façon lubrique à Eri qui se camouffla alors sous sa couverture jusqu'au nez, recroquevillée sur elle-même. Il sortit de la chambre et tenta de discuter avec Ellone qui commença subitement à crier furibonde. Ces mots étaient alors indicernables, Eri ne voyait que des ombres chinoises s'agitaient derrière sa porte, dans le couloir. Puis brusquement, un énorme tambourinement ce fit entendre, puis le silence revint. La porte de sa chambre s'ouvrit, Ellone apparut complètement choquée, perdue, et se rua vers sa fille pour la prendre dans ses bras et la cageoler.

_ " C'est fini Eri..... je te promet que c'est fini.... plus jamais, il ne te touchera... tu vois.... je ne suis pas fâchée...."
_ " Mais tu es triste maman.... "
_ " Ne t'inquiète pas pour moi voyons...je serais encore plus triste si tout cela avait continué.... pourquoi ne me l'as tu pas dit.... Je t'aurais protégé!! Je 'men veux Eri.... je m'en veux d'être restée aussi aveugle.... "
_ " .... "

Alors qu'elle serrait son enfant dans les bras, les yeux d'Ellone se portait alors sur son chevet. Il y avait un foulard posé, elle comprit alors l'utilité de celui-ci.... les dessins de sa fille étaient un appel sourd....
Cette nuit-là, Ellone appela la police, déclarant qu'un grave accident c'était produit dans la nuit, et que son compagnon était tombé dans les escaliers depuis le deuxième étage.... il n'avait pas bougé depuis. Les médecins légistes qui vinrent ce jour là, conlurent à un accident domestique, un tragique et banal accident où la victime imprudente s'était brisé la nuque en tombant. Ce jour là, le secret naquit et le lendemain, celui-ci fut enterré...

Une adolescence tumultueuse...

A ce moment là, Eri était une jeune adolescente d'une dizaine d'année, peut-être douze, peut-être quatorze. En tout cas, son comportement n'avait rien avoir avec l'enfant apeurée qu'elle était. Non, c'était un tout autre paradoxe. Néanmoins, elle avait conservé quelques traits de son caractère qui lui faisait toujours défaut. Elle était toujours associale et toujours aussi peu bavarde. Mais ce qu'elle ne disait par les mots, elle les faisait comprendre par un comportement social hostile envers les autres et avec les poings. Et pourtant.... une petite démone sous un aspect angélique. Eri était une fort jolie jeune fille. Elle avait des cheveux longs, aussi noir que l'ébène et doux comme des fils de soie, son visage était fin, délicat, pâle comme la neige mais ces yeux... ces yeux étaient d'un rouge sang. Ce fut à partir de cet âge qu'elle décida de porter des lentilles de contacts colorées, pour ne attirer l'attention sur elle, ainsi, cela la plongea presque dans l'anonymat, enfin presque...Oui presque parce que même avec cela, elle attirait l'attention malgré elle.

Déjà, lorsqu'elle eut dix ans. Elle se souviendrait de ce jour comme si c'était hier. La fillette qu'elle était se tenait en cour, étudiant avec curiosité, calme. C'était une jeune fille extrêmement intellugente qui plus est, même si elle jouait les muettes, on ne pouvait rien dire sur ses résultats scolaires. Mais ce jour là, alors qu'elle effectuait une dictée comme chacun de ses camarades, la directrice de son école frappa à la porte, coupant court au cours qui avait lieu. Eri sentit le regard bref de la jeune femme à son encontre, elle qui se trouvait dans sa petite salle, près de la fenêtre et du radiateur. La jeune femme avait appelé son professeur calmement mais elle semblait peinée, elle lui parla quelques instants, puis le professeur revint et appela la jeune Eri. Elle savait... innocemment, elle rangea ses affaires alors que rien n'avait été demandé, mais le professeur ne dit rien. Tous les élèves avaient le regard braqué sur leur camarade silencieuse. Une fois dans le couloir, la directrice l'attendait, les mains jointes dans sa jupe.

_ "Eri... je t'ai fait sorti car il y un malheur qui vient de se produire... "
_ " C'est maman n'est-ce pas? "
_ " Oui... je suis désolée Eri... "
_" Ne le soyez pas... maman n'était pas heureuse... maintenant, elle est avec papa... c'est mieux pour elle..."

Eri était d'un calme effroyable. La directrice en fut affectée. Elle qui était au bord des larmes pour son élève, la fillette ne semblait pas vouloir verser une seule pour sa mère. En effet... comme Eri l'avait pressenti, sa mère n'allait pas bien, vraiment pas bien... mais elle n'avait rien dit.
Il y avait peu, Ellone Maqvren avait appris qu'elle était atteinte d'un cancer. Bien évidemment que cette nouvelle était effrayante, mais elle n'avait pas affecté la famille qui avait déjà essuyé beaucoup d'épreuve. La jeune femme n'avait pas peur pour sa santé, mais pour Eri. Seulement, le lourd secret qui pesait sur sa conscience la rongeait... elle pensait que le cancer était sa punition, mais elle ne pouvait se pardonner, elle ne pouvait s'excuser son aveuglement face au mal qui avait été causé à sa fille. Alors que la fillette lui avait pardonné, elle ne pouvait en être responsable...

Ce fut sur les quelques mots échangés avec sa directrice que des policiers vinrent chercher la petite fille, ainsi que les services sociaux. Me direz-vous, pourquoi autant de tintamare pour une mère atteinte d'un cancer et qui venait de succomber à la mort? Parce que ce n'était pas la maladie qui avait eut raison d'elle, mais sa cupabilité.
Eri fut donc emmenée dans un post de police avant que les services sociaux ne s'occupe vraiement d'elle. Là bas, elle apprit que sa mère s'était défénêtrée d'elle-même dans leur maison, de la fenêtre de la chambre d'Eri. Avant de mettre fin à ses jours, elle avait pris le soin de nettoyer méticuleusement la pièce et même de préparer les affaires de sa fille en prévision de sa mort. Ellone avait laissé une lettre, avec deux photos : une d'elle et de Connor, son père, souriant et heureux alors qu'elle était enceinte, et une deuxième de Eri et Ellone souriante... une des rares photos où la jeune fille souriait en plus. Ces deux images, Eri les conserverait tout au long de sa vie... mais encore aujourd'hui elle se souvenait des dernières paroles de sa mère, cette lettre manuscrite qui était la marque ultime de son désespoir.

Ma chère Eri
Tu ne sais O combien tu es chère à mon coeur ma fille. Tu es tout ce qui me reste de bien en ce monde. Mais je ne suis qu'une mauvaise mère, j'ai failli à mon devoir, aux promesses que j'avais à ton père. Je suis honteuse d'être aussi faible. Tu mérites tellement mieux, une vie agréable que je me vois incapable de t'apporter. Peut-être que tu me détesteras après mon geste, mais vois ceci comme le dernier acte d'amour que je puis t'offrir. Je mettrais fin à nos souffrances et les souvenirs douloureux qui t'accablent. Je ne peux pas te regarder sans souffrir, je ne paux pas te regarder sans me sentir coupable. Je ne te mérite pas mon trésor. Mais tu es la meilleure chose qui me soit arrivée avec ton père... tu es mon joyau, ma déesse Eri... j'aurais tellement aimé que les choses soient différentes, te voir grandir, te voir te marier... Mais je ne pourrais t'accompagner que par la pensée dans les grands évènements prochains de ta vie.

Je t'aime ma fille. Ellone, ta mère.


Ce fut alors ses derniers mots....et ce fut sur cet évènement que tout bascula. Après ce tragique accident, Ellone fut enterrée avec son père Connor. Lorsque la fillette en trouvait le temps, elle pensait une fois par mois les voir et apporter un bouquet... mais malheureusement, cette visite quotidienne ne pourrait plus se faire. N'ayant plus aucue famille, Eri se verrait balotter de famille d'accueil en famille d'accueil, ne faisant que l'enfoncer un peu plus dans l'ombre et le mutisme. Elle parlait encore moins qu'avant, et portait toujours les photos de ses parents avec elle, plastifier dans une poche intérieure de son manteau, elle la prenait même pour se doucher ou quoique se soit d'autre. C'était devenu son grigri. Personne n'avait le droit d'y toucher sous peine de violence de sa part. Elle qui était une fillette adorable.

Ce fut alors vers ses douze ans que les frustrations qu'elle cachait au fond de son coeur émergèrent. Bien évidemment ce fut dans le cadre scolaire, alors qu'elle était une élève modèle, toujours première de la classe mais terriblement froide, se mettant à l'écart des autres. Mais tout le monde sait que le monde des enfants est le plus cruel mais la plus forte à ce jeu allait être l'enfant dont l'innocence fut ôtée...
Le collège... terrible passage pour des adolescents. C'était l'affreuse période où on se cherche à appartenir à un groupe ou que l'on se cherche soit même, on souhaite se fondre dans la masse, on osuhaite disparaître, on souhaite être remarqué... tout un paradoxe dans des esprits maléables que ceux des jeunes gens. Comme d'habitude, Eri était la proie des brimades de ses camarades.

_ " hey!! Regardez qui est là!!! C'est la sorcière Eri!!! héhéhéé! Tu fais hontes aux irlandais moi je dis!! "
_ " ... "
_ " Pourquoi tu refuses de parler? Tu as peur? "
_ " Je en vois pas l'intérêt de gaspiller ma salive pour un imbécile de ton genre. "
_ "Je rêve où tu m'as traité d'imbécile? Tu te prend pour qui? Tu penses peut-être que c'est mieux que les autres sorcières? "
_" Arrête de m'appeler comme ça. "
_ "Ouuuu... j'en tremble!!! Sorcière!!! tu vas me faire quoi? "
" Je t'ai dit de ne pas m'appeler comme ça..."
" Sorcière! Sorcière! Sorcière!! "

L'imprudent se mit alors à éclater de rire comme un pauvre imbécile, ce qui avait l'art d'énerver Eri qui ne le montra pas sur son visage placide. En tout cas, ce fut une personne nouvelle qui apparut car sans crier gare, elle sauta sur le jeune garçon et le rua de coup. Il fallut que deux surveillants viennent pour maîtriser la jeune fille... mais l'image qu'elle offrit alors marqua les esprits car pendant que ses poings s'échauffaient sur le visage tuméfié du garçonnet, elle avait perdu ses lentilles qui protégeaient ses yeux, et ce fut le rouge sanglant de son regard haineux qui apparut...
Cet incident valut tout simplement son renvoi de l'école et allait la suivre encore pendant bien longtemps....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eri MaqVren
Professeur
avatar

Féminin Nombre de messages : 27
Localisation : Quelque part sur Orpale
Emploi : Professeur
Date d'inscription : 20/07/2007

Statut du personnage
PV:
1470/1470  (1470/1470)
Mana:
1030/1030  (1030/1030)
Xp:
0/735  (0/735)

MessageSujet: Re: Eri MaqVren [en cours]   Mar 21 Aoû - 17:34

Trois ans après... Eri avait quinze ans et était toujours une aussi belle jeune fille quoique toujours aussi révoltée contre le monde. Cela faisait maintenant la quatrième fois qu'elle changeait d'établissement et elle ne comptait même plus les maisons d'accueil qu'elle avait fréquenté. Son comportement n'avait pas changé, on la forçait bien évidemment à suivre des thérapies qui ne lui servaient à rien. Qu'est-ce qui pourrait soulager une vie râtée, hein? Une vie souillée par le malheur et les pertes? Rien. Mais cette fois-ci, les évènements allaient au delà de ce qu'il aurait dû...rien n'aurait dû se passer ainsi...
Eri avait eu dans son casier le mot d'un mystérieux inconnu, lui demandant de le rejoindre derrière l'école. Le lieu était un peu délabré, calme, il n'y avait rien, pas un voisin pour espionner, aucune fenêtre, un lieu parfait pour ne pas être dérangé. La jeune fille avait appris au cours de ses quelques semaines passés dans ce lycée que c'était l'endroit idéal pour les "rendez-vous". Cependant, elle n'y allait pas avec cette idée saugrenue. Comme marquer sur le papier que l'on avait pris soin de déposer dans ses affaires, la jeune adolescente se rendit donc derrière l'école. Là, l'attendait le garçon le plus coivoité de son lycée, le play boy de ces dames. C'était un jeune homme assez plaisant, avec de grands yeux verts et des cheveux noirs corbeaux. D'ailleurs, il n'en était pas sans rappeler le père de Eri de par ses caractéristiques, mais bon, c'était dû au hasard.

_" Haa! Tu es venu. Je suis désolée de t'avoir fait venir ainsi mais je n'avais pas le temps de venir te voir directement. "
_ " ... "
_" Oook. Je vois que tu es toujours aussi bavarde. "
_ " Qu'est-ce que tu me veux maintenant que je suis là? "
_ " T'as raison? Ne tournons pas autour du pot... Tu sais... tu es une fille un peu particulière hein? Je.... je me suis amusée à farfouiller dans ton dossier... tu sembles être une mauvaise fille..."
_" ... "
_" Et ça me plaît particulièrement..."
_" Si c'est pour cela que tu m'as fait venir ce n'est pas la peine..."

Eri smeblait rebrousser chemin... il aurait dû la laisser partir et tout aurait bien fini mais non.... Erreur. Le jeune homme la rattrapa et la saisit par la main. D'un coup, il la plaqua contre un mur et s'approcha d'elle.

_" Fait pas ta timide allez... je suis sûr que je te plais en plus...je voudrais savoir quel goût à une fille dans ton genre..."
_" Lâche moi...."

La jeune fille le dit avec tellement de calme que l'adolescent ne prit pas au mot son avertissement et osa commencer à s'aventurer bien plus loin que ne l'aurait permis la demoiselle. Le téméraire laissa alors ses mains baladeuses lui remontrer les flancs mais la jeune fille repoussa violemment sa main. Cependant, le garçon prit cela comme un jeu, il semblait vouloit dompter la jeune fille et rapidement il se jeta sur elle pour l'embrasser avant de se mettre à crier. Elle venait de lui mordre la langue et son visage et toujours aussi placide et indifférent.

_" Mais t'es folle! T'as essayé de m'arracher la langue ou quoi? "
_ " Je t'avais demandé de me lâcher. Tu ne m'intéresses pas. "

Eri tenta alors de s'en aller une deuxième fois mais le garçon se montra teigneux et plus violent. Il se resaisit de la demoiselle et la plaqua une seconde fois mais avec plus de brusquerie.

_ " Aucune fille ne s'est refusée à moi et tu ne changeras pas la donne. "

C'est alors qu'il commit l'irréparable. Il tenta alors de la déshabiller de force, s'apprêtant littéralement à la violer mais Eri se débattait avec vigueur, plus de vigueur que n'aurait dû s'attendre le jeune présomptueux. Eri le repoussa avec violence mais il repartait à la charge, la gifflant même pour la calmer mais cela eut l'effet contraire. Etrangement, cette scène lui rappelait de vieux souvenirs d'enfance et éveillait en elle des sentiment de rage, ce rappelant qu'étant enfant elle ne pouvait faire mais aujourd'hui... aujourd'hui elle en avait la force...
On ne sut jamais ce qui s'était réellement passé le jour du "rendez-vous", mais lorsque Eri sortit de derrière l'école, ses vêtements étaient déchirés, elle avait quelques bleus sur le corps et des traces de sang. A ce moment là, la police fut appelée et on retrouva le corps du playboy sur le sol, le crâne fracassé...un nouveau mort dans la vie de Eri.
Bien évidemment la jeune femme fut mise en examen malgré ses quinze ans, elle passa en jugement pour homicide involontaire à cause de son dossier où ses violences étaient résumées, ainsi que les nombreux problèmes qu'elle avait causé. Bien que dans un sens ce n'était que de la légitime défense, elle ne put plaider cette cause. Mais, en sa faveur, il y avait sa vie de famille qui apportait appui sur son désordre émotionel et comportemental, mais aussi son étonnante intelligence. Elle réchappa alors à la pire des sanctions mais elle eut droit à un centre de détention pour mineur qui avait pour but de les redresser, plus proche du camp militaire qu'autre chose en d'autre termes...

Encore un changement, le procès passé, Eri allait passer à tout autre chose dans un camp disciplinaire... mais ce qui allait en ressortir aller en bluffer plus d'un...

Dans la sueur, les larmes et le sang...

Il est cinq heures du matin. Il y a le bruit d'un grand cor qui se fait entendre à l'extérieur. Eri est là, dans un lit de camp. Un drap de bure qui démange la recouvre. Elle a seize ans. Depuis que des jurées avaient décidé de son sort, c'était toujours ainsi qu'elle se réveillait depuis un an. Péniblement, sans confort. Mais elle n'était pas seule présente, non... il y avait un certain nombre de jeunes filles. Le sexe féminin n'était pas majoritaire dans ce camp militaire, néanmoins, on pouvait les compter par dizaines. La seule chose qu'il fallait retenir était qu'elle était tout là car leur cas était difficile et que l'on ne savait pas quoi faire de ces adolescentes, qu'il fallait les redresser, les reformater en quelque sorte. C'était un moyen légal de faire les choses. Si les moeurs n'étaient pas aussi stricte dans notre société actuelle, la justice aurait recours à la lobotomisation sans aucun doute.
Plusieurs lits étaient les uns à côtés des autres. Dans cette caserne, plus de la moitié était vide. Après tout, c'était le coin des filles, leur seul luxe était l'espace. Elles s'agitèrent toutes comme des foumis, se dépêchant, enfilant le plus rapidement possible leur uniforme, faisant leur lit au carré comme il disait. Mais étonnemment, la seule à prendre son temps : c'était Eri. Déjà elle manquait de discipline, un cas difficile, c'était ainsi qu'elle avait été présentée.
Brusquement, sa voisine s'écria.

_ " MaqVren!!! Dépêche toi voyons!!! Tu tiens à tout nettoyer comme la dernière fois? Tu es masochiste ou quoi? "
_ " ... "
_" Toujours aussi causante... mais c'est pour toi que je le dis... Fais ce que tu veux..."

Chaque matin c'était le même rituel, le même silence énigmatique. Eri ne parlait que quand ses supérieurs le demandaient et encore! Pourtant, cette voisine de chambrée persistait à se montrer sympathique. Pourquoi pas...
Une fois que els jeunes femmes finirent leur travail, chacune d'entre elels se plaçaient devant leur lit, au garde à vous. Et dans un grand fracas, le commandant débarquait pour l'inspection. Au fur et à mesure, si le travail était bien fait, il les envoyait prendre leur maigre petit déjeuner avant que l'entraînement ne commence. Si dans le cas contraire les choses n'avaient pas été respectée.... c'était la punition. Normalement c'était une vingtaine de pompes immédiates et le boulot à recommencer... mais pour les esprits un peu revêche....
C'est ainsi que l'inspecteur présent exempta la plupart des jeunes femmes jusqu'à ce qu'il arrive devant Eri. Son front était fronçé, ses sourcils sévère et il ne put se contenir comme un grand nombre de fois.

_ " Soldat MaqVren, vous êtes le pire cas que je n'ai jamais rencontré!!! Chaque matin c'est la même chose!! Vous aimez donc autant récurer toutes les pièces de ce camp!!!! Nous vous demandons seulement de faire un lit et d'être présentable! Regardez vous!!! Vous n'êtes qu'une merde!! vous êtes instable! Vous êtes le pire élément que j'ai pu croiser en plus de quarante ans de carrière!!! "

Bien évidemment, la jeune femme le regarda avec désinvolture, sans répondre. Mais cette fois-ci, l'inspecteur ne put retenir sa main qui envoya une giffle à Eri. La plupart des jeunes adolescentes présentes poussèrent un soupir d'étonnement, alors que notre concernée se frotta simplement la joue, laissant ses cheveux noirs lui barrer la vue.

_" Vous êtes une honte!!! Trois jours de cachot! "

C'est alors que le commandant fit signe à deux jeunes femmes pour qu'il l'emmène dans ce fameux cachot. Qu'étais-ce? Une petite pièce de deux mètres sur deux, dont le plafond atteignait à peine les un mètre cinquante. On ne pouvait à peine bouger et certainement pas se mettre debout. Il n'y avait pas de sol, on se trouvait à même la terre, grouillant avec vers et insectes terreux. On n'y apportait qu'un repas par jour et il n'y avait aucune lumière, pas de fenêtre, rien. Normalement, ce châtiment n'était pas réservé au femme, mais Eri allait être la première exception.

Deux de ses compagnes de chambrées la saisirent par le bras, chacune d'un côté, dégoûtées de leur tâches qu'elles considéraient ingrate. Il fallait dire qu'aunce femme ne portait Eri dans leur coeur car elle n'apportait que des ennuis depuis le début. Nanmoins, toutes avaient pitié de leur camarade et admirait tout de même son courage, de se montrer aussi désinvolte et déterminée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eri MaqVren [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eri MaqVren [en cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Orpale :: HRP :: Présentation du personnage :: Présentation du personnage-
Sauter vers: